Zone interdite

Thèmes : Colonisation , Guerre coloniale

Réalisateur(s) : Ahmed Lallem 

Pays de production : Algérie

Type : Long métrage

Genre : Fiction

Edition du festival : Maghreb des films juin juillet 2012

Réalisation Ahmed Lallem
Algérie/100’/1972
Fiction

Scénario Ahmed Lallem

Production  : ONCIC. Contact : Agence algérienne pour le rayonnement culturel, département Cinéma et Audiovisuel, tél : 00 231 21 94 57 69, responsable:Nabila Rezaïg, e-mail : nabila.rezaig@aarcalgerie.org, www. aarcalgerie.org

Avec Sid Ahmed Agoumi, Taha El Amiri, Saïd Hilmi, Mustapha Hassan Belhadj, Mahdia Maghroufel

Synopsis Le film observe le ferment de la révolte et l’apparition des premiers militants nationalistes dans un village algérien à la veille de la guerre d’indépendance.
Le film a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes en 1973.

BioFilmographie

Le réalisateur Ahmed Lallem est décédé le 19 octobre dernier à Tours.
Cinéaste et documentariste, Ahmed Lallem est né en 1940 à Sétif. Il commence sa carrière comme reporter de guerre dans la zone frontalière tuniso-algérienne. Après un stage à la Télévision yougoslave, à Belgrade, il entreprend une formation au cinéma qui dure huit mois à l’Idhec, à Paris. De 1963 à 1966, il suit les cours de l’École supérieure nationale de cinéma, de théâtre et de télévision de Lodz, en Pologne.
À son retour, en 1966, Lallem réalisera Elles, documentaire dans lequel, quatre ans après l’indépendance de l’Algérie, il donne la parole à des lycéennes de 1re et de terminale.
Puis, il poursuit un travail sur les réalités culturelles du pays qu’il avait entamé en 1963 avec Tapis du Djebel Amour. Il tourne ainsi Rencontre à Cirta en 1968 et Aujourd’hui, le Hoggar en 1970.
Dans les années 1970, il réalise deux longs métrages fiction pour I’Oncic. En 1974, il achève Zone interdite, mélange de fiction et d’images d’archives, retraçant l’éveil politique d’un village algérien au début de la Révolution. En 1977, il tourne Barrières, un film sociologique teinté de symbolisme historique, qui raconte la désagrégation d’une famille féodale à la mort du père. En ces deux œuvres majeures, et à leur suite, il a continué à réaliser des courts métrages sur le potentiel culturel et sur des questions taboues (comme la question du sida en Algérie qu’il traite dès 1990 dans À propos du sida en Algérie. Il a ainsi tourné Les Étudiantes de Bab-Ezzouar en 1978, Chroniques d’une jeunesse à l’ombre d’un été en 1991, sur les problèmes des jeunes…
Dans le registre culturel, il tournera encore Femmes de la céramique en 1977, Les Nomades Ouled Naïl en 1993, Aujourd’hui, le Hoggar en 1970, La Forêt en 1975 et Traditions berbères de Kabylie en 1992. Sa dernière œuvre, Algériennes, 30 ans après (1995) est un hommage à la résistance des femmes algériennes. Trente ans après Elles, Ahmed Lallem retrouve certaines d’entre ses lycéennes de 1966 : Souad, Farida, Hassina ou Badra, femmes belles, touchantes, intelligentes, qui nous parlent de leur vie, de leurs choix, de leurs difficultés de leur combat contre les obstacles dressés par la famille et la société.
Exilé à cause de la menace islamiste, Lallem vivait, ces dernières années, à Tours.

Maghreb des films Du 7 au 20 octobre 2009. projections, débats, rencontres
Newsletter, abonnez-vous !