Vous êtes ici : Accueil » Films » Les films par ordre alphabétique » A » Armée du Salut (L’)

Armée du Salut (L’)

Synopsis

Dans un quartier populaire de casablanca, Abdellah, adolescent homosexuel, essaie de se construire au sein d’une famille nombreuse, entre une mère autoritaire et un frère aîné qu’il aime passionnément.

Thèmes : Gay / Lesbien/ Transgenre , Société

Réalisateur(s) : Taïa Abdellah

Pays de production : France , Maroc , Suisse

DVD disponible dans la DVDthèque du Maghreb des films (prêt possible aux programmateurs)

Image : Agnès Godard

Son : Henri Maïkoff

Monteuse : Françoise Tourmen

 L’Armée du salut est l’adaptation du roman éponyme écrit par celui qui est également le réalisateur du film : Abdellah Taïa.


Abdellah, adolescent marocain, aime son frère aîné, Slimane. Histoire d’un amour impossible. À sens unique. En deux temps. 1999. 2009. Dans un Maroc pauvre, sensuel et opaque.
 À l’intérieur d’une famille nombreuse où le silence et la violence règnent en maîtres absolus…
Portrait d’un jeune homme torturé et malin.
Portrait subjectif d’un pays, le Maroc, qui ne sait pas encore où aller.

Bande Annonce

Avec : Saïd Mrini, Karim Ait M’Hand, Amine Ennaji, Frédéric Landenberg


Production : Les Films de Pierre et Les Films Pelléas.

Co-production : Rita Productions

Entretien avec Abdellah Taïa

Le film est une adaptation de votre roman paru aux éditions du seuil en 2006, mais c’est une adaptation particulière...
Si L’Armée du salut est effectivement une adaptation de mon roman éponyme, je n’ai absolument pas cherché à être fidèle au livre et à sa structure narrative. mieux que cela, je ne l’ai même pas relu. j’ai écrit un scénario à partir de ce qui restait dans ma tête de cette histoire. et, surtout, j’ai cherché des images à filmer, à fabriquer, pour dire le héros de ce film et le monde où il vit. j’ai même l’impression d’avoir commis une trahison par rapport au livre original.

Ce n’est pas un film sur l’homosexualité, mais c’est quand même un des 
thèmes du film...

Le héros, Abdellah, est homosexuel. il est placé, à plusieurs reprises, dans des situations où l’homosexualité est en jeu. mais le film ne se contente pas de parler que de cette sexualité. Il donne à voir un personnage et le monde qui l’entoure. Plus on avance, plus on a des doutes et des questionnements sur la personnalité et les motivations d’Abdellah. Il est insaisissable. Que veut-il exactement ?Je ne veux pas répondre ici à cette question. Je laisse le spectateur se faire sa propre opinion sur la destinée de ce héros torturé. Quand j’écrivais le scénario, ce qui m’importait le plus était de dire par les images le fonctionnement compliqué, complexe, du monde marocain et de placer, au cœur de la réalité de ce dernier, des signes assumés de l’homosexualité. Je ne voulais ni faire un film de société à thèse, ni isoler un sujet et le traiter de manière évidente, attendue.

Pour certains, notamment au maroc, ce film peut toutefois donner le sentiment d’être délibérément scandaleux ? était-ce volontaire ?
Non, pas du tout. ce film me paraît même, par certains côtés, assez innocent. C’est le regard extérieur, dans le jugement systématique, qui voit et crée le scandale. moi, j’ai essayé d’être dans le vrai. et ce vrai est forcément compliqué à montrer, à saisir, à partager.

Le choix du point de vue est très singulier. le film donne l’impression de toujours vouloir garder le spectateur à distance, alors qu’il s’agit d’une histoire d’inspiration autobiographique...
C’est vrai qu’il s’agit de mon histoire. elle vient de ma vie. mais, pour réaliser ce film, il a fallu que je trouve le moyen de l’objectiver. Sortir de moi-même. Que cette histoire ne soit pas uniquement la mienne. regarder donc ce héros, et son monde, à partir d’une distance s’est imposé à moi assez rapidement. Je ne voulais ni être dans le pathos ni dans la séduction à tout prix. cela vient probablement de mon rapport intime à la vie, au monde. pour moi, tout se passe dans la solitude extrême. le film d’ailleurs, dans ses deux parties, donne à voir ce sentiment, cette progression : la construction d’une solitude.

Festivals

Angers, Premiers Plans, Grand Prix du Jury long métrage français 2014
Durban, Durban International Film Festival, Best First Feature Film 2014
Genève, Festival Tous Ecrans, Mention spéciale du Jury 2013
Lido di Venezia, 28. Settimana Internazionale della Critica Venezia, Competition, 28.08.2013 – 07.09.2013
Istanbul, 14th Istanbul Independent Film Festival, Competition, 12.02.2015 – 22.02.2015
Tallinn, 18th Tallinn Black Nights Film Festival, 14.11.2014 – 30.11.2014
Bern, 18. Queersicht – Lesbisch-schwules Film Festival Bern, 06.11.2014 – 12.11.2014
Lisboa, Queer Lisboa 18 Lisbon Gay and Lesbian Film Festival, Competition, 19.09.2014 – 27.09.2014
Vancouver, 26th Vancouver Queer Film Festival, 14.08.2014 – 24.08.2014
Durban, 35th Durban International Film Festival, 17.07.2014 – 27.07.2014
Jerusalem, 31st Jerusalem Film Festival, 10.07.2014 – 20.07.2014
Taipei, 16th Taipei Film Festival, 27.06.2014 – 19.07.2014
München, 32. Filmfest München, 27.06.2014 – 05.07.2014
San Francisco, 38th Frameline International Lesbian & Gay Festival San Francisco, 19.06.2014 – 26.06.2014
Zürich, 17. Pink Apple Schwullesbisches Filmfestival Zürich, Competition, 30.04.2014 – 11.05.2014
San Francisco, 57th San Francisco International Film Festival, Competition, 24.04.2014 – 08.05.2014
New York, 43rd New Directors New Films Festival New York, 19.03.2014 – 30.03.2014
Solothurn, 49. Solothurner Filmtage, 23.01.2014 – 30.01.2014
Bilbao, 11° Festival internacional de Cine Gay-Lesbo-Trans Bilbao, Competition, 20.01.2014 – 27.01.2014
Angers, 26e Festival Premiers Plans d’Angers, Competition, 17.01.2014 – 26.01.2014
Sao Paulo, 37a Mostra Internacional del Cinema de Sao Paulo, Competition, 18.10.2013 – 31.10.2013
Namur, 28e Festival international du film francophone Namur, Competition, 27.09.2013 – 04.10.2013
Toronto, Ontario, 38th TIFF Toronto International Film Festival, 05.09.2013 – 15.09.2013