Vous êtes ici : Accueil » Films » Les films par ordre alphabétique » B » Babylon

Babylon

Synopsis

Sur un territoire vierge en pleine nature, des populations arrivent. Rapidement, une ville se construit de nulle part. Peuplée de plusieurs nationalités, ses habitants parlent des langues différentes. Cette nouvelle Babylone entourée d’arbres et d’animaux, prend rapidement la forme d’une cité à la fois ordinaire et singulière…

Thèmes : Révolution tunisienne

Réalisateur(s) : Slim, Ala Eddine , Chebbi, Ismaël , Chebbi, Youssef

Pays de production : Tunisie

Type : Long métrage

Genre : Documentaire

Edition du festival : Maghreb des films nov. déc. 2012

Année : 2012

Durée : 121’

Scénario : Ismaël Chebbi, Youssef Chebbiet Ala Eddine Slim

Image : Ala Eddine Slim, Youssef Chebbi, Ismaël Chebbi

Son : Ala Eddine Slim, Youssef Chebbi, Ismaël Chebbi

Montage : Ala Eddine Slim, Ismaël Chebbi

 Montage son et mixage audio : Yazid Chebbi.

Etalonnage image : Fakhreddine Amri.

Production et distribution : Exit Productions

Extrait

Entre le poste frontalier tuniso-lybien de Ras Jdir et la petite ville de Ben Guerdanne, c’est rase campagne. Au printemps 2011, fuyant les combats qui s’intensifient en Libye entre les révolutionnaires et les troupes loyalistes de Kadhafi, plus d’un million de réfugiés, de toutes nationalités et d’autant de langues, affluent en Tunisie. Pour pouvoir les héberger rapidement, c’est là, au Sud du pays, quelques semaines seulement après la révolution nationale, qu’une ville éphémère surgit de terre.
C’est sur ce chantier que les trois réalisateurs, Ismaël, Youssef Chebbi et Ala Eddine Slim ont choisi de déplacer leur caméra. Non pour « couvrir » l’événement, selon le jargon du reportage ; pour le découvrir plutôt, en même temps qu’il se déroule, presque aussi déroutés que ceux qui y sont soumis.
De la mise en place jusqu’à son démantèlement, on assiste à l’opération. Genèse des travaux, excavatrices, premières tentes dressées, média internationaux, ONG, militaires, puis les réfugiés, ici uniquement des hommes.
Lentement, la vie s’installe. Se nourrir, se distraire par la danse, la musique ou le sport, prier. Mais aussi les tensions, les frictions.
Et enfin, nouveau départ des migrants, la ville est pliée.
Parti pris décisif : rien n’est sous-titré, malgré la babélisation des langues soulignée par le titre. Nous voilà renvoyés aux seules images, sans le confort trompeur d’un commentaire ou de traductions qui pourraient nous faire croire saisir ou partager quelque chose dans cette étape d’un exode en cours.

Festivals

Grand Prix - Festival International de Cinéma FIDMarseille 2012

Compétition Internationale - DocLisboa 2012
Mapping Subjectivity - Musée d’Art Moderne (New-York)
Festival des Cinémas d’Afrique (Pays d’Apt)
Bradford International Film Festival