Vous êtes ici : Accueil » Films » Les films par ordre alphabétique » B » Blessure (La), la tragédie des harkis

Blessure (La), la tragédie des harkis

Synopsis

C’est l’histoire encore brûlante des 200 000 harkis - "les supplétifs musulmans" - recrutés par l’armée française durant la guerre d’Algérie (1954-1962).
Pour quelles raisons ont-ils rejoint l’armée française ? Pourquoi plusieurs dizaines de milliers de harkis ont-ils été massacrés après l’indépendance de l’Algérie ? Pourquoi le gouvernement français les a-t-il désarmés et abandonnés ? Pourquoi seulement 50 000 à 60 000 ex-harkis ont-ils été rapatriés en France avec leur famille ? Pourquoi ont-ils été placés pour la plupart dans des camps de triste mémoire comme Rivesaltes, rendant leur intégration difficile ?

Thèmes : Harkis

Réalisateur(s) : Clarke, Isabelle , Costelle, Daniel

Pays de production : France

Type : Long métrage

Genre : Documentaire

Edition du festival : Semaine Harkis ...?

DVD disponible dans la DVDthèque du Maghreb des films (prêt possible aux programmateurs)

Année : 2010

Durée : 90’

Scénario : Isabelle Clarke et Daniel Costelle

Voix : Saïd Taghmaoui

Montage : Kevin Accart

Musique : Léon Rousseau

Production : CC&C

Édition vidéo et distribution internationale : France Télévisions Distribution

Bande Annonce

Pourquoi le gouvernement français les a-t-il désarmés et abandonnés ? Pourquoi seulement 50 000 à 60 000 ex-harkis ont-ils été rapatriés en France avec leur famille ? Pourquoi ont-ils été placés pour la plupart dans des camps de triste mémoire comme Rivesaltes, rendant leur intégration difficile ? Victimes et fidèles serviteurs pour les uns, traîtres et collabos pour les autres, nous suivons plusieurs harkis aux destins souvent tragiques pour mieux comprendre cette histoire qui reste une vraie blessure des deux côtés de la Méditerranée, dans l’histoire de la France et de l’Algérie.

Traîtres ou héros de la nation ? Engagés ou enrôlés ? Comment ont-ils vécu les années de guerre ? Au moment de l’indépendance, quel sort leur a été réservé ?...

"La composition du documentaire n’est pas qu’honnête ; elle est, je dirais, presque lumineuse car il y a de l’intelligibilité, de la force, de l’âme, de la conviction. Tout d’un coup, cette histoire complexe se comprend, se saisit." Jean-Jacques Jordi, historien.

Extrait d’un article AFP

De rares fictions ont raconté le destin de harkis mais aucun documentaire n’avait retracé l’histoire des 200.000 "supplétifs musulmans" recrutés par la France pendant la guerre d’Algérie. France 3 s’y est enfin attelé et livre un film poignant qui évite tout misérabilisme.Trois ans de recherche d’images d’archives en France, en Egypte et en Tunisie, de collecte de témoignages d’ex-harkis et militaires français, et, côté algérien, le black-out : "La blessure : la tragédie des harkis" a été accouché dans la douleur, raconte à l’AFP Isabelle Clarke. "Ça a été très compliqué aussi de trouver la justesse" pour traiter de ce sujet ultra-complexe sans "tomber dans le manichéisme".

La France était là depuis 130 ans. Les harkis étaient des terriens. On leur a donné un fusil pour défendre leur terre contre un ennemi qu’on ne nomme pas, à manger... : pour la plupart, c’était une évidence", souligne Isabelle Clarke. Et ceux qui furent qualifiés de "traîtres" n’avaient, surtout, pas d’autre choix. Recueillir leurs témoignages a été "un long travail de mise en confiance", dit la réalisatrice : "Ils ont été très courageux de parler. On sent en eux un profond désir de réconciliation et de retour au pays. Certains reçoivent encore des coups de fils anonymes !". "Je souhaiterais que ce film soit diffusé aussi en Algérie", commente-t-elle. Là-bas, le sujet est tabou car, comme le souligne l’historien Benjamin Stora, le problème harki "touche la question de l’identité nationale algérienne", fondée sur une "mythologie résistantialiste", comme dans la France d’après la Seconde guerre mondiale.Les harkis sont ainsi "considérés comme ceux qui ont fissuré l’identité de la nation", poursuit-il. D’où l’importance d’entendre leur voix."

Sélections

Festival du film d’histoire de Pessac 2010.