Vous êtes ici : Accueil » Films » Les films par ordre alphabétique » C » Cris de jeunes filles des hirondelles (Les)

Cris de jeunes filles des hirondelles (Les)

Synopsis

Tanger 1955. Dernière année du protectorat.
Le Maroc se mobilise en faveur de l’Indépendance et voue un culte à Mohammed V, le sultan légitime déporté par les Français à Madagascar.
Larbi Salmi, 15 ans, fils de Sidi Ahmed, un théologien et de Lalla Alia, fille d’un des Oulèmas de Fès, est consumé par un désir tragique de connaître la femme.
Sa mère lui présenta Rabea, une belle jeune fille de 17 ans, fascinée par les histoires d’amour.

Thèmes : Société maghrebine

Réalisateur(s) : Smihi, Moumen

Pays de production : Maroc

Type : Long métrage

Genre : Fiction

Edition du festival : Maghreb des films octobre 2011

DVD disponible dans la DVDthèque du Maghreb des films (prêt possible aux programmateurs)

(Al Khouttaïf)

Année 2010 / 80’

avec Oussama Ouahani, Najwa Azizi, Saïd Amel (80’)

Biographie de Moumen Smihi

Né en 1945 à Tanger, Maroc, il étudie la philosophie à la Faculté de Lettres et Sciences Humaines (Rabat), puis le cinéma à l’IDHEC, à Paris où il participe aux séminaires de sémiologie dirigés par Roland Barthes à l’École Supérieure des Hautes Études Sociales. En France, entre 1969 et 1975, il est tour à tour enseignant et assistant à la télévision (ORTF), avant de réaliser son premier court métrage, Si Moh Pas de Chance, Grand Prix du court métrage au 3e Festival international d’expression française de Dinard en 1971. En 1975, il réalise son premier long métrage, El Chergui.
En 1991, Moumen Smihi émigre quelque temps au Caire, où il réalise simultanément un documentaire sur le cinéma égyptien, Cinéma égyptien, défense et illustration où apparaissent tour à tour Adel Imam, Salah Abou Seïf, Toufik Salah, Khaïri Bishara, Mohammed Khan, et un long métrage de fiction La Dame du Caire. Deux films qui ne sont jamais sortis.
Lorsqu’en 1988, le cinéma marocain est encore dans un marasme total, Moumen Smihi réussit un coup d’éclat avec son long métrage Caftan d’amour constellé de passion. Une œuvre manifestement d’avant-garde et jusqu’à maintenant très peu montrée dans les salles. Un film qui tranche avec sa touche poétique, son souffle surréaliste.
Moumen Smihi a cherché, dans tous ses films, à montrer une société arabe contemporaine déchirée par son passé féodal, la décadence, le colonialisme et le sous-développement, alliant fiction et documentaire. L’un des pionniers du cinéma moderne marocain, aux côtés de Tazi, Bennani, El Maanouni, et Ferhati, il s’agit pour lui de proposer une alternative au cinéma de genre, en tournant des films qui imposent le cinéma comme art et non plus simplement comme divertissement.

"La place de Tanger au sein de mes films ?
Celle de Dublin dans les livres de James Joyce, ou de New York dans les films de Woody Allen, entre autres... Pas pour me comparer aux grands, mais pour dire qu’on parle le mieux de ce que l’on connaît le plus, cette territorialité où depuis l’enfance on déchiffre tous les sens du monde, l’amour de la vie, l’amour tout court, les passions de la cité, le devenir, la mort, la multiplicité des langues et des cultures, le destin des hommes de vivre ensemble coûte que coûte. "
(Moumen Smihi)

Filmographie

- 2010 - Les Cris de jeunes filles des hirondelles (80’)
- 2005 - Le Gosse de Tanger (90’)
- 1994-1999 - Chroniques marocaines (90’)
- 1995 - La Médina de Paris (5’)
- 1995 - Jef à l’Anpe (25’)
- 1993 - Avec Matisse à Tanger (52’)
- 1991 - La Dame du Caire (90’)
- 1991 - Cinéma égyptien, défense et illustration (52’)
- 1988 - Caftan d’amour constellé de passion (90’)
- 1982 - 44 ou les récits de la nuit (110’)
- 1978 - Villes marocaines
- 1975 - El Chergui ou le silence violent (90’)
- 1972 - Couleurs aux corps (15’)
- 1970 - Si Moh Pas de Chance (17’)