Vous êtes ici : Accueil » Films » Les films par ordre alphabétique » K » Keswa, le fil perdu

Keswa, le fil perdu

Synopsis

24 heures dans le Tunis d’aujourd’hui. Nozha, 27 ans, revient au pays avec un sentiment d’échec et de désarroi, après une longue absence et une brouille avec sa famille, due à son mariage contre leur gré. Après son divorce, elle accepte pour faire plaisir à sa famille de revêtir la lourde keswa traditionnelle brodée de fil d’argent, pour la noce de son frère qui a lieu le soir-même. Le serwal de sa keswa s’accroche à des épines, et peu à peu, le fil d’argent brodé commence se défaire. Tandis que l’accroc du serwal s’élargit, le poids de la keswa diminue. Toute vêtue de Nuit et de Lumière, Nozha retrouvera-t-elle dans l’accroc fait à la tradition son Fil perdu ?

Thèmes : Société maghrebine , Statut des femmes

Réalisateur(s) : Bornaz, Kalthoum

Pays de production : Tunisie

Genre : Comédie dramatique , Fiction

Titre original : Keswa - El Khayt Eddayââ

Année : 1997

Durée : 100’

Scénario et Montage : Kalthoum Bornaz

Dialogues : Taoufik Jebali

Image : Claude Bennys

Son : Faouzi Thabet

Musique : Anouar Brahem

Décors : Claude Bennys

Production : Morgane Films

Avec : Rim Turki, Lotfi Achour, Mouna Noureddine, Ali Mosbah, Lotfi Dziri.

Fable au scénario drôle et cruel, où le poids des traditions se matérialise. L’intérêt pour moi de montrer notre tradition est de lui donner sa dimension concrète. Par exemple, le henné que les femmes mettent sur les mains et les plantes de pieds à l’occasion des fêtes de mariage, doit rester plusieurs heures sur la peau. Les mains et les pieds sont emmitouflés, empêchant la femme qui porte les moufles de marcher ou de se servir de ses mains, donc de manger, de prendre le cornet du téléphone, ... La keswa, le costume traditionnel, est fait de fil d’argent, il est si lourd, que la femme qui la porte peut à peine marcher.

Cela pourrait paraître invraisemblable, mais j’ai moi-même vécu cette situation burlesque. Le jour du mariage de mon frère, je me retrouve, affublée d’une keswa, seule sur le pas de la porte, oubliée par ma famille qui allait chercher la mariée pour le cortège. Et pendant ces quelques minutes de désarroi où je me suis retrouvée emprisonnée dans mon costume, pouvant à peine marcher, je me suis posé toutes ces questions qui sont latentes dans mon film. Comment moi, jeune femme moderne, faisant des études supérieures, pouvais accepter de vivre cela. Ces contradictions sont-elles conciliables ? A mon avis oui, et c’est cela le propos de Keswa, le fil perdu. Kalthoum Bornaz

Festivals

Festival du Film Francophone de Namur 1998

Cinéma Méditerranéen 1998