Vous êtes ici : Accueil » Films » Les films par ordre alphabétique » P » Palestro, Algérie, histoire d’une embuscade

Palestro, Algérie, histoire d’une embuscade

Synopsis

18 mai 1956.
Vingt militaires français tombent dans une embuscade montée par des maquisards d’Ali Khodja, l’un des jeunes chefs locaux du FLN, sur les hauteurs des gorges de Palestro. Ce sont des rappelés, ouvriers et pères de famille. Les corps des soldats sont retrouvés mutilés. L’embuscade suscite une émotion considérable. Dans la presse, au parlement, l’adversaire est renvoyé à une prétendue barbarie originelle. Le gouvernement décide d’envoyer des renforts. Une répression brutale (passage à tabac de suspects arrêtés, exécutions sommaires, déplacement de populations) s’abat sur cette région kabyle stratégique, point de passage entre Alger et Constantine.

Thèmes : Guerre d’indépendance algérienne

Réalisateur(s) : Lainé, Rémi

Pays de production : France

Type : Long métrage

Genre : Documentaire

DVD disponible dans la DVDthèque du Maghreb des films (prêt possible aux programmateurs)

Année 2012 / 90’

Scénario Raphaëlle Branche, Rémi Lainé

Image Rémi Lainé

Son Jean-Pierre Fénié, Stéphane Bauer

Montage Josiane Zardoya

Musique Imed Alibi

Production Les Poissons Volants

Coproduction Arte France avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée, de la région Ile de France, de l’ACSE et de la Procirep – Angoa avec la participation du Ministère de la Défense et des Anciens combattants

Cent ans de guerre et plus

« Librement adapté » de l’enquête de Raphaëlle Branche (L’embuscade de Palestro, 2010), jeune historienne dont les travaux sur la torture pendant la guerre d’Algérie ont fait autorité, le film livre une véritable autopsie de cet événement sanglant.

Nourri de témoignages recueillis côté français et algérien, de documents pour la plupart inédits, d’images splendides, aussi, de ces terres qui ont plusieurs fois brutalement changé de main, il remonte le cours des violences qui ont marqué l’histoire coloniale de la vallée. L’acte guerrier fait ainsi écho à d’autres exécutions, racontées dans les familles de génération en génération, transmises par les chants, les récits et les reliques : des histoires ponctuées de tueries, de dépossession des terres et d’exodes. Et on s’interroge : quelle fut la durée réelle de la guerre d’Algérie ? N’aurait-elle pas plutôt éclaté dès 1830