Vous êtes ici : Accueil » Films » Les films par ordre alphabétique » M » Mosquée (La)

Mosquée (La)

Synopsis

Les décors du film antérieur de Daoud Aoulad-Syad, En attendant Pasolini, avaient
été élevés sur des parcelles de terre louées à des villageois. Une mosquée avait ainsi
été construite sur le terrain de Moha. À la fin du tournage, l’équipe du film quitte les
lieux.
Les villageois démolissent tous les décors à l’exception de la mosquée, devenue un véritable lieu de culte et de prière pour tout le village. Et un vrai désastre pour Moha qui cultivait sur ce terrain les légumes qui permettaient à sa famille de vivre.

Thèmes : Société maghrebine

Réalisateur(s) : Aoulad-Syad, Daoud

Pays de production : Maroc

Type : Long métrage

Genre : Fiction

Edition du festival : Maghreb des films novembre 2010

DVD disponible dans la DVDthèque du Maghreb des films (prêt possible aux programmateurs)


Année 2010 / 85’

Scénario Daoud Aoulad-Syad

Image Thierry Lebigre

Musique Le groupe Aquallal/Zagora

Production Les Films du Sud. 25, Rue Oued, Fes, Appt 12, Agdal, Rabat. Tél : +212 6 61 14 10 92. d.aouladsyad@gmail.com - Chinguitty Films, 154 rue Oberkampf 75011 Paris. Tél : 01 48 07 59 19.

Avec Abdelhadi Touhrach, Bouchra Hraich, Mustapha Tahtah, Naceur Oujri, Salem Dabella.

Le film a débuté à cause d’une histoire vraie : pendant le tournage d’En attendant Pasolini, les villageois venaient prier dans le décor de la mosquée construite à l’occasion du tournage du film. La mosquée de cinéma est devenue un véritable lieu de culte, car le propriétaire ne pouvait pas refuser aux villageois l’entrée du lieu de culte. La fiction a construit de la réalité : la mosquée, elle-même chemin de la spiritualité (comme on pourrait d’ailleurs le dire du cinéma).

Commentaires de Natacha Seweryn

Comme dans le film En attendant Pasolini, la religion est malmenée, tournée en dérision, à l’image de la mosquée d’artefact dont on voit un des deux pans complètement artificiels. Car le film est également une sorte de fable sur la religion, la mosquée représentant ce qui a perduré même si elle était au départ décor et invention (de cinéma). En filigrane, Daoud Aoulad-Syad ne dit-il pas que le cinéma pourrait ainsi être une nouvelle religion ?
Le film pose également une autre question, tout à fait passionnante : est-ce que le monde du cinéma construit un monde réel ? Une fois l’équipe de tournage partie, les villageois de Zagora se sont retrouvés sans rien. Seul le décor de la mosquée est resté. Et le souvenir du tournage. Détruire la mosquée, c’est aussi détruire le monde fictif du cinéma, la seule relique du tournage et de son monde imaginaire. La sauver, c’est sauver la capacité de regarder, et d’écouter, ce que le film n’arrête pas de mettre en avant.
Daoud Aoulad-Syad met dans ce film toujours la même verve à parler de religion, avec toujours cette même distance anthropologique qui le caractérise.

Extrait de Critikat

Daoud Aoulad-Syad
Né en 1953 à Marrakech, Maroc. Docteur en Sciences Physiques, il débute au cinéma en 1989 grâce au stage "Université d’été, découverte du cinéma en France" à la FEMIS. Il réalise alors deux courts métrages : K ricature et Paris, 13 juillet. En 1991, il s’essaie au court-métrage documentaire avec entre autres Memoire ocre, avec un montage signé Ahmed Bouanani. Il faudra attendre 1998 pour qu’il réalise son premier long métrage Adieu forain. Trois ans plus tard, suit Le Cheval de vent. Deux scénarios signés Ahmed Bouanani.
Daoud Aoulad Syad est également photographe : il a publié trois livres : Marocains, en 1989 ; Boujaâd, Espace et mémoire, en 1996 ; et Territoires de l’instant, avec Ahmed Bouanani, en 2000.
Longs métrages :
La Mosquée / A Jamaâ (2010)
En attendant Pasolini / Fi Ntidhar Pasolini (2007)
Tarfaya (2004)
Le Cheval de vent / Aoud rih(2001)
Adieu forain (1998)