Vous êtes ici : Accueil » Films » Les films par ordre alphabétique » C » Collier perdu de la colombe (Le)

Collier perdu de la colombe (Le)

Synopsis

Dans l’Andalousie musulmane du onzième siècle, le jeune Hassan étudie la poésie à la mosquée de Cordoue et apprend l’art de la cal¬ligraphie auprès d’un maître expert en la ma¬tière. Studieux en apparence, Hassan se consume en secret à chercher les chapitres manquants d’une œuvre sacrée dont il ne possède qu’un seul fragment. l’œuvre en question est censée révéler à son lecteur les secrets de l’Amour…

Puisant dans le fond enchanté des Mille et une nuits, Khémir reconstitue l’espace imaginaire de l’Andalousie, « l’Andalousie comme image de l’autre, multiple, sublimée, terre de dialogues, fondée entre Juifs, Chrétiens et Arabes ». Peintre et calligraphe à ses heures, l’auteur des Baliseurs du désert (1984) a conçu cette reconstitution comme un rêve éveillé dont les splendeurs touchent à l’âme et au cœur.

Thèmes : Conte philosophique

Réalisateur(s) : Khemir, Nacer

Pays de production : Tunisie

Type : Long métrage

Genre : Fiction historique

Edition du festival : Maghreb des films octobre 2011

Année 1994 / 90’

Avec Navin Chowdhry, Walid Arakji, Ninar Esber

Conteur exceptionnel, Khemir a récité les Milles et une nuits des heures durant sur les scènes des théâtres les plus prestigieux du monde. Avec Le collier perdu de la colombe (1991), le réalisateur de Bab’Aziz (2005) a réussi à transposer sur le grand écran l’idéal de beauté, d’humour et d’érotisme de ces récits que plus personne n’ose aujourd’hui conter en Egypte, en Iran et encore moins à Bagdad !

Biographie de Nacer Khemir

Né en 1948 à Korba, Tunisie. A la fois conteur, écrivain et réalisateur, il est aussi l’auteur et illustrateur de plusieurs publications littéraires. Très tôt bercé par l’univers du conte, il obtient en 1966 une bourse de l’Unesco pour étudier le cinéma à Paris. En 1972, il part à la recherche des conteurs dans la médina de Tunis, et ce travail de collectage de contes inspirera quatre films autour du conte et des conteurs, dont le premier, L’Histoire du pays du Bon Dieu, voit le jour en 1975.
C’est en 1975 avec la publication du livre "L’Ogresse", un conte calligraphique, qu’il participe en France au renouveau du conte, notamment en initiant des ateliers de formation de conteurs. Conteur contemporain, il se situe toutefois dans la tradition des conteurs d’Orient et donne à entendre des adaptations des contes issus de la tradition orale tunisienne. En 1982 et 1988, il raconte durant un mois "Les Mille et une nuits" au Théâtre National de Chaillot à Paris, chaque soir une nouvelle histoire, 25 heures de récit dans une scénographie de Yannis Kokkos.
Dessinateur, sculpteur, il est aussi calligraphe et expose ses travaux en particulier au centre Georges Pompidou en 1980 et au Salon du Livre de jeunesse de Montreuil.
Du cinéma, de la peinture à la sculpture, de la calligraphie à l’écriture, Nacer Khemir a projeté un pont entre deux rives, entre le nord et le sud, l’Orient et l’Occident.

En 1986, il réalise Les Baliseurs du désert (Grand Prix du Festival des trois continents, Nantes ; Prix de la première œuvre, Festival de Carthage ; Palmier d’or et Prix de la critique, Mostra de Valence) qui ne sera toutefois pas projeté dans le monde arabe, ce qui pousse Nacer Khemir à s’indigner « face aux sociétés arabes mettant à l’écart leur propre culture ». Le Collier perdu de la colombe (Prix spécial du jury, Locarno ; Grand Prix, Festival de Belfort ; Prix spécial du jury, Festival francophone de St Martin) qui rencontrera un grand succès, mais ne sera pas non plus projeté dans le monde arabe. Sorti en 2005, son troisième long métrage, Bab’Aziz, le prince qui contemplait son âme.

Filmographie

- 2005 - Bab’ Aziz, le prince qui contemplait son âme
- 1994 - Le Collier perdu de la colombe
- 1991 - A la recherche des Mille et une nuits
- 1984 - Les Baliseurs du désert
- 1976 - Histoire du pays du Bon Dieu 

- 1975 - Le Mulet